Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  reduire txt
Risques naturels et technologiques

Contenu

 

Mines - Après mines

 
 

Mines et après mines en Languedoc-Roussillon

partager sur facebook partager sur twitter
2 décembre 2009

Les mines en activité, les permis exclusifs de recherche, la géothermie en Languedoc-Roussillon

  • Les exploitations de substances d’intérêt national (charbon, or, uranium, etc, cf. article 2 du Code Minier) sont des mines (qui peuvent être souterraines ou à ciel ouvert). Ces substances particulières sont dites "concessibles", les concessions correspondantes étant accordées par l’Etat. 3 mines sont actuellement exploitées en Languedoc-Roussillon : une mine à ciel ouvert de bauxite (Sodicapei à Villeveyrac-34 ; 130 000 t/an), une mine souterraine de sel (Arkema à Vauvert - 30 ; 1 000 000 t/an) et une mine souterraine de calcaire asphaltique (SFA à Saint Jean de Maruejols - 30 ; 7 000 t/an).
  • 2 permis de recherche d’hydrocarbures ont été accordés, deux autres sont en cours d’instruction
  • 3 permis d’exploitation de gîtes géothermiques ont été accordés.

Dans ces deux derniers domaines, on note un net regain d’activité en 2007.

Les missions des DREAL en matière de mines s’inscrivent dans le cadre

  • du code minier
  • de la police des mines
  • des règlements de sécurité (et notamment le réglement général des industries extractives)
  • du code du travail
  • de la reconversion industrielle des bassins miniers

L’après-mine en Languedoc-Roussillon

Depuis le moyen âge, la région Languedoc-Roussillon a été le siège de nombreuse exploitations minières : exploitations de houille (charbonnages de France) dans les bassins d’Alès notamment mais aussi de minerais métalliques en vue de la production de métaux tels que le plomb, le zinc, le fer, le manganèse, le cuivre, l’antimoine ou de métaux précieux tels que l’or et l’argent.

445 titres miniers ont été octroyés en Languedoc-Roussillon (273 concessions, 53 permis d’exploitation et 119 permis exclusifs de recherche). En 2007, 44 concessions sont encore actives (dont 7 concernant les mines actives).

Toutes les concessions font l’objet d’un diagnostic des risques (risques d’affaissement, d’effondrement, pollution) qui permettra de mettre en place sur les communes où cela est nécessaire un plan de prévention et des risques miniers (PPRM).

Circulaire du 3 mars 2008 relative aux plans de prévention des risques miniers (format pdf - 887.8 ko - 02/12/2009)

 
 

Pied de page

Site mis à jour le 24 avril
Plan du siteContactsWebmestreMentions légales  | AuthentificationFlux RSS